Le Château de Rosa Bonheur, une histoire de femmes

Aujourd’hui 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, nous avions envie de mettre à l’honneur un lieu qui, de part la personnalité anticonformiste qui l’a façonné, par son histoire et par son atmosphère à nulle autre pareille, nous a particulièrement touchées. Il s’agit du Château de Rosa Bonheur situé à Thomery, à quelques kilomètres de Fontainebleau .

Nous souhaitions aussi mettre l’accent sur un projet ambitieux de réhabilitation du patrimoine porté par des femmes à l’énergie communicative autour d’une artiste qui fût mondialement célèbre et qui depuis est injustement tombée dans l’oubli, en France en tous cas.

Rosa Bonheur, la liberté à tout prix

Née en 1822 à Bordeaux dans une famille d’artistes, Marie Rosalie Bonheur grandit à Paris. Initiée à la peinture par son père, le peintre Raymond Bonheur, elle montre très jeune des prédispositions exceptionnelles et vit de son art dès l’âge de 14 ans. A partir de 1839, elle commence à étudier les animaux qui deviendront sa spécialité, aussi bien en peinture qu’en sculpture. Agée d’à peine 20 ans, elle multiplie les prix et médailles dans les salons successifs où elle expose et acquiert peu à peu une notoriété incontestable. Avec son immense tableau Le Marché aux chevaux, (2,44 × 5 m) présenté au Salon de 1853, Rosa Bonheur accède à une reconnaissance internationale jusqu’à devenir peu à peu l’artiste peintre la plus vendue de son siècle hommes et femmes confondus, tant en France que dans les pays anglo-saxons particulièrement friands de peinture animalière.

Farouchement indépendante, refusant de se marier pour ne pas se soumettre à un homme et ne pas nuire à son art, Rosa Bonheur chercha toute sa vie à prouver par ses actions et à travers sa peinture qu’une femme pouvait se libérer des carcans de son temps et exister par elle-même. C’est les cheveux court et en pantalon dont elle avait obtenu le droit d’usage par la Préfecture de Paris (le fameux permis de travestissement) qu’elle parcourait forêts et foires aux bestiaux pour croquer ses modèles en toute liberté.

Célèbre et adulée elle côtoie tous les grands noms de son temps : artistes, écrivains, musiciens, la reine Victoria, Napoléon III, Buffalo Bill dont elle fera le portrait….

Le Château de By, refuge et royaume au plus près de la nature

Rosa Bonheur est la première femme à s’acheter à son nom un bien immobilier grâce au fruit de son travail: elle acquiert en 1859 à la suite de la vente de son tableau Le Marché aux chevaux, le château de By, ancien domaine seigneurial du XVe siècle, situé dans le hameau de By-Thomery en Seine-et-Marne. Elle y passera les 40 dernières années de sa vie.

L’artiste s’installe dans cette vaste demeure au sein d’une propriété de quatre hectares où elle fait construire un très grand atelier par Jules Saulnier (l’architecte de la Ferme du Buissson et de la Chocolaterie Menier) et aménager des espaces pour ses 200 animaux de 50 espèces différentes : chevaux, sangliers, ours, loups, lion et lionne, singe, sillonnent l’immense parc en liberté. Rosa Bonheur est convaincue que les animaux ont une âme qu’elle cherche à rendre dans sa peinture..

C’est au Château de By que l’Impératrice Eugénie elle-même viendra lui remettre la légion d’honneur en 1865 : en décorant ainsi pour la première fois une femme artiste, la souveraine veut démontrer que « le génie n’a pas de sexe »

Après son décès en mai 1899, la propriété revient à sa « fille d’adoption » Anna Klumpke, artiste peintre et elle même issue d’une fratrie étonnante de femmes en avance sur leur temps : les soeurs d’Anna sont neurologue, astronome, musiciennes de renom. Les différentes générations de la famille Klumpke-Dejerine-Sorrel, ouvrent puis ferment successivement l’atelier jusqu’à qu’il soit repris par Katherine Brault en septembre 2017.

Le Musée Atelier de Rosa Bonheur, réhabiliter une artiste hors normes et faire revivre un lieu d’exception

Tombées sous le charme de l’endroit et du parcours exceptionnel de l’artiste , Katherine Brault et ses filles s’attachent depuis 2017 à faire revivre la maison et l’héritage de Rosa Bonheur en mesurant tous les jours la chance d’avoir la charge d’un tel lieu: un atelier d’artiste immensément célèbre en son temps qui n’a jamais été modifié. En 120 ans, personne n’a jamais touché à quoi que ce soit. Ses objets sont donc tous restés au même endroit: aussi bien ses chaussures que ses mégots de cigarettes, que ses palettes, mais aussi un nombre de dessins, d’études et de petits mots . Le grenier de la demeure est loin d’avoir révélé tous ses secrets et des pépites y sont mises à jour régulièrement.

Aujourd’hui, le public est invité à pénétrer dans l’atelier de l’artiste, fabuleux cabinet de curiosité, comme si elle y vivait toujours, sans barrière, sans mise en scène ni dispositif de muséographie ce qui permet une experience inédite et très émouvante d’immersion totale dans la vie et l’œuvre de Rosa Bonheur, en attendant d’avoir la possibilité de visiter la future expostion qui se tiendra au Musée d’Orsay à l’occasion des 200 ans de la naissance de Rosa Bonheur en 2022.

Le Château de Rosa Bonheur, un lieu hors du temps pour vos évènements

A la fois maison de famille, maison de campagne , château bucolique , atelier d’artiste néogothique comme figé dans le temps , avec des centaines de rosiers, des vignes grimpant le longs des murs, le pigeonnier qui surplombe la demeure, le pavillon des muses au détours dune allée ici tout concourt à donner au domaine une allure charmante comme une parenthèse enchantée et enchanteresse.

Le château de Rosa Bonheur est un lieu privilégié pour l’organisation de réceptions prestigieuses, dîners intimes ou séminaires de travail. L’orangerie, les écuries et la verrière ont été conservées et aménagées de façon à offrir une belle enfilade de plus de 160 m2 ouverte par de grandes verrières sur une vaste pelouse, les massifs de rosiers anciens et le parc boisé. Le salon , la salle à manger et la cuisine ont ce je ne sais quoi d’apaisant et rassurant des maisons de famille chic et bohèmes à la fois . Un cadre idéal, d’authenticité, d’élégance et de plaisir…où l’on ne serait guère étonnés de voir surgir en pantalon et blouse bleue, les pinceaux à la main…. Rosa Bonheur

Articles liés

Musée Nissim de Camondo privatisation

Rendez-vous au jardin !

Overdose de distanciel, de réunions Teams, d’apéros Zoom… nous n’avons jamais eu autant besoin de nature, de ciel dégagé et de… culture

En savoir plus

Musée Nissim de Camondo_Cour d'Honneur

Le Musée Nissim de Camondo ou le XVIIIè siècle rêvé d’un collectionneur

Aujourd’hui, nous vous invitons à un extraordinaire voyage dans le temps, en lisière du VIIIè Arrondissement et du Parc Monceau dans un…

En savoir plus

Invitation au Château…

Peu nombreux sont ceux qui restent insensibles à l’imaginaire riche et féérique du château: pièces en enfilade, parquets et marqueteries fraichement cirés,…

En savoir plus

Rechercher

Compare listings

Comparer